Argumentation

De Wiki Liberté 0
Aller à : Navigation, rechercher

Suite à l'article d'Armony sur le Framablog, un certain nombre de commentaires ont été postés. Voici un petit résumé des commentaires négatifs qu'on peut trouver, en vrac, avec en très résumé ce qu'on pourrait y répondre (sans verser dans le troll, si possible...)

Sommaire

C'est à l'utilisateur de faire remonter ses besoins et de participer, trouver des dévs, motiver des gens, etc. L'auteur de logiciel libre n'est pas une entreprise, il n'y a pas de simple hotline. C'est à vous d'implémenter, pas à d'autres. Le code peut s'apprendre.

Heu, ouais mais non, ça ne va malheureusement pas fonctionner ainsi. Si le logiciel n'est pas accessible, on va passer son chemin et trouver autre chose, pour au pire se contenter d'un logiciel peut-être pas terrible, mais accessible. Bien sûr, idéalement on fait remonter, et j'incite fortement les gens à le faire. Mais il ne faut pas rêver: si un logiciel n'est pas du tout accessible, il va falloir une sacrée dose de motivation à l'utilisateur pour remonter le problème. Pour ce qui est d'implémenter soit-même, il ne faut pas rêver non plus: la quantité de gens capables de le faire est vraiment très réduite. On ne peut pas nous-même rendre tous les logiciels du monde entier accessibles.

on ne peut pas imposer à un logiciel libre d'être accessible. Ça revient à dire aux écrivains d'écrire en braille. Handicaps pas dénombrables -> impossible

Être parfaitement accessible pour tous les handicaps est impossible, oui. Être techniquement accessible de manière générique, ce n'est pas très dur. Il n'y a pas besoin de connaître le braille/etc. pour ça, il suffit d'exposer notamment le texte et la structure de l'application. Tout comme pour lire un livre en braille, il n'y a pas besoin d'avoir une version braille, une version texte suffit... Et d'ailleurs c'est cette même version qui servira pour en avoir une lecture audio, une version traduite automatiquement, etc. etc.

il n'y a pas que les logiciels web/courrier/bureautique/etc. Il y a aussi des logiciels sans interface graphique, et encore moins accessible (Noyau Linux, X11, python, gcc, perl, LaTeX, une multitude de services…)-> ne s'applique pas à tout

En effet, par exemple une bibliothèque qui découpe par exemple un mp3 en morceaux n'a a priori pas d'interaction avec l'utilisateur, et donc n'a a priori pas à se poser de question d'accessibilité. Il faut cependant faire très attention à ne pas glisser: les exemples mentionnés sont justement quasiment tous intéressants... Le noyau Linux s'interface bien avec l'utilisateur, pour donner les messages de boot au moins. Dire que "boah on s'en fout", c'est refuser à une tranche de la population le droit à bricoler son ordi, c'est une atteinte à l'idée même de pouvoir modifier son logiciel. X11 s'interface bien sûr avec l'utilisateur, ne serait-ce que la frappe au clavier, qui n'est pas forcément évidente. Python et perl s'interfacent avec l'utilisateur, quand celui-ci programme en Python ou perl ! Il se trouve qu'il est accessible, parce que c'est une interface textuelle. De façon similaire, gcc et LaTeX s'interfacent avec l'utilisateur, ne serait-ce que par le code que l'on tape et les messages d'erreur. Il ne reste que "une multitude de services" pour lesquels la question pourrait effectivement ne pas se poser. Et encore: comment configure-t-on ces services ? Un fichier de configuration textuel ? Nickel. Une interface web ? Attention...

aucune connaissance en handicap & accessibilité, pas de temps à me former -> je ne publie pas mon code puisqu'il n'est pas accessible ? C'est déjà bien que je dépense du temps dessus ! C'est égoïste de demander encore plus, culpabilisateur en plus.

On le fait pourtant déjà bien pour l'internationalisation. Oui, ça prend un peu de temps. On a bien appris à programmer proprement dans son langage. Programmer sémantiquement, c'est guère plus dur, et au final on gagne du temps.

"C'est égoïste de demander encore plus", ça alors ! N'est-ce pas égoïste de ne penser qu'aux utilisateurs qui ont les mêmes capacités que soi-même ?

"Culpabilisateur". C'est un moyen d'essayer de convaincre, oui. Souvent on essaie de plutôt dire que ça pourrait bien servir à l'auteur du logiciel un jour, malheureusement...

l'apport de l'iPhone en accessibilité n'est qu'un apport technique, pas un apport idéologique

Quand on se retrouve isolé de la société simplement parce qu'on ne peut pas en utiliser les outil, l'idéologie passe après, effectivement.

Le logiciel libre n'est pas comme l'espace public, qui se doit effectivement d'être accessible

Le logiciel libre n'a pas attendu que l'état décide de faire de l'open-data...